Rencontres de Pays 2016

Au cours de ces Rencontres, l’accent a souvent été mis sur la jeunesse : transmission du patrimoine aux générations futures, éveiller l’intérêt des plus jeunes, développer les actions envers ce public. Pour cela, il est important de partager l’idée que le patrimoine est quelque chose de vivant. Dans ces médiations tous publics, le Patrimoine Culturel Immatériel ne doit pas être négligé, il peut même servir d’entrée aux découvertes des autres patrimoines locaux.

 

Les problèmes financiers des associations ont été soulevés plusieurs fois lors des échanges. Dans de nombreux cas, les bénévoles ne peuvent pas porter un projet à terme. Les limites du bénévolat peuvent entraîner malheureusement la mort d’une association ou la fermeture d’un lieu associatif.

 

Ces remarques conduisent notamment à la conclusion suivante : hormis l’importance de valoriser le patrimoine local, l’usage du numérique et des réseaux sociaux, les formes de médiation adaptées aux différents publics, etc., il faut travailler par et entre pays. Il est primordial de s’ouvrir, de créer des réseaux et même de s’inspirer des acteurs voisins. Il est indispensable de mutualiser les compétences et les besoins des uns et les autres afin de rendre plus lisibles les moyens, les projets et les actions mises en place. Il est nécessaire de faciliter et d’unifier les informations dans un souci d’efficacité.

 

L’idée d’une formation à destination des adhérents afin de mieux explorer les nouveaux espaces territoriaux et les possibilités de soutiens financiers autour de projets est suggérée. Cette formation d’une journée pourrait s’organiser avec des acteurs des diverses institutions, pour présenter les cadres d’organisation territoriale et financière autour des patrimoines. Formation filmée et diffusée ensuite auprès des adhérents à Patrimoine 65.

 

Il faut travailler ensemble dans ce sens ici comme ailleurs, l’union fait la force.